Activités lucratives

Point important dans cette approche, les activités devraient toujours être « payantes ».
Ainsi, l'atelier ou le stock de bien mis à disposition de l'adhérant nécessiterait de sa part une contribution, financière, matérielle (une part de son travail pourrait être remise au centre) ou participative.
Soit, en intervenant dans l'organisation du centre, soit en dispensant des formations,...
De même, les formations devraient également déboucher sur une contrepartie au bénéfice du centre.
Les groupes de chants ou de danses pourraient organiser de représentations payantes dont tout ou partie de la recette reviendrait au centre.
Cette politique, permettrait de sensibiliser les adhérents à l'échange, de sorte qu'ils ne restent pas de simples bénéficiaires passifs mais comprennent que la facilité qui leur est offerte à un prix et que ce prix permettra à d'autres de profiter de l'infrastructure et des services offerts.
D'autre part, cette manière de procéder permettrait d'engranger quelques recettes nécessaires à la gestion quotidienne.